Aller au contenu

Psychologue ABA et stéréotypes

L’autre jour, je suis allée à une journée de présentation d’outils pour favoriser la scolarisation. Je pose une question. La personne me demande de me présenter. Je dis que je suis psychologue ABA et BCBA. A peine avais-je prononcé « psychologue ABA », que je me suis retrouvée avec moult pancartes collées sur la tête : « outil d’évaluation unique ABLLS », « prise en charge intensive 40h/semaine », « travail à table », …

A la pause, j’ai tenté tant bien que mal de me décoller quelques pancartes : l’ABA peut se pratiquer dans de nombreux contextes, nous utilisons une variété d’outils d’évaluation, mais nous évaluons également les ressources humaines et matérielles disponibles, nous prenons en compte les souhaits de la famille, nous sélectionnons les procédures les moins contraignantes et les plus à même d’être appliquées rigoureusement par les personnes qui les mettent en œuvre, …. Le format de prise en charge peut varier de l’intervention intensive à domicile à la guidance parentale, à l’accompagnement à la recherche d’emploi, à l’accueil en structure expérimentale, … et puis, en dehors de « touche ton nez », on peut travailler sur le sommeil, l’alimentation, la socialisation, accepter les soins du médecin, et bien d’autres choses qui ne se font pas à table et qui ont une réelle validité sociale pour l’élève.

Voilà, avec un peu moins de pancartes sur la tête, je vois mieux où je vais! merci…

Formation ou IN-formation?

Bonjour à tous,

Cet article, c’est pour la catégorie « coup de gueule ». En parcourant internet, on voit fleurir des « formations à l’ABA » de 1, 2, 3, 6 jours.

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai une formation de psychologue, et pour cela, j’ai du valider des savoirs et savoir-faire. Que valident ces fameuses « formations ABA »? Bien souvent, rien. Aucune mise à l’épreuve n’est faite, aucun accompagnement dans l’application. Or, pour maîtriser une compétence, il me semble qu’il faut savoir l’expliquer, la différencier d’autres compétences proches, donner des exemples, l’appliquer, …

Je me souviens d’un papa qui avait fait beaucoup de route pour venir participer à une journée d’INformation sur l’ABA que je présentais. Le pauvre, exténué, a dormi pendant presque toute la journée. Pas sûre qu’il était formé à l’ABA en ressortant de là… Pourquoi exige-t-on qu’une compétence soit acquise et généralisée pour nos enfants et nomme-t-on un simple discours illustré « formation » dès qu’il s’agit d’adultes?

Et forcément, si on a participé à une « formation ABA », et bien, on est formé à l’ABA! Pour éviter d’avoir de plus en plus de gens qui se plaignent des personnes qui se déclarent formées à l’ABA et qui ne le sont pas vraiment, la première chose est peut être d’arrêter de nommer des journées d’information : « formations ».

En panne d’idées pour donner un beau nom à ces journées informatives? En voici quelques unes : Journée(s) d’information, de sensibilisation, de présentation, conférence, il n’y a plus qu’à choisir!